TcWeb
Chiffrement

Chiffrement

Le

Chiffrage, cryptographie, signature numérique, protection des données, autants de termes pour désigner un processus mathématique appliqué à la vie courante. Dans la pratique, il n’existe que 2 grandes techniques pour chiffrer un messages : le chiffrage symétrique et le chiffrage assymétrique. Mais avant d’aborder ces 2 notions commençont par quelques définitions. Et nous finirons par les aspects de confiances.

Juste une petite remarque avant de commencer, cet article n’est qu’un survole du sujet, et j’y fais quelques aproximations.

Définitions

En simplifiant un peut, on peut réduire l’objectif de la cryptographie à l’échange d’un message entre 2 personnes sans que le reste du monde ne puisse le lire. Nous allons donc parler de message et de clé de chiffrage.

  • Le message c’est l’information secrète à faire circuler.
  • La clé c’est l’élément qui permet de protéger le message

Méthodes de chiffrage

Clé unique

right C’est la méthode la plus ancienne, mais aussi la plus simple. Le message est codé avec la clé, et il n’est possible de le décoder qu’avec cette clé. C’est un peut comme si on enfermait le message dans un coffre, la clé permet de fermer et d’ouvir le coffre. Toute la difficulté avec cette technique c’est de transporter la clé de façon sécurisé. En effet, si votre coursier qui transporte le coffre, transporte aussi la clé sur lui, n’importe quel voleur qui attaque votre coursier pourra ouvrir le coffre. Votre message devient donc très vite non sécurisé, et ce, même si vous avez la plus solide des serrures avec le plus solide des coffres. De plus, si vous souhaitez échanger un message avec Paul et un autre avec Mathieu, il vous faut 2 coffres, avec 2 clés. Les difficultés de cette méthodes sont donc les suivantes :

  • sécuriser les échanges de clés
  • gérer les nombreuses clés

Chiffrage assymétrique

Avec cette technique, chacun a 2 clés, une privé et une publique, et un message chiffré avec l’une des clé ne peut être déchiffré qu’avec la seconde clé. La clé privé est jalousement gardé par son propriétaire, alors que la clé publique est comme sont nom l’indique divulgué à tout le monde.

Si l’on reprend l’analogie avec le coffre, c’est comme si notre coffre était équipé de 2 anneaux pour y passer un cadena. L’une des clé va être un cadena ouvert, donc ça ne permet que de fermer le coffre. Et l’autre clé, le moyen d’ouvrir le cadena, donc ça ne permet que d’ouvrir le coffre. La seul différence avec cette image c’est que les 2 clés peuvent indifféremment servir de cadena ou de clé.

Les avantages de cette technique sont multiples. Imaginons que Clémentine chiffre un message avec la clé publique de Paul, seul Paul avec sa clé privé peut le déchiffrer. Donc Clémentine peut envoyer un message totalement sécurisé à Paul.

Maintenant, si Mathieu envoi à Clémentine un message chiffré avec sa clé privé, Clémentine pourra le déchiffré uniquement avec la clé publique de Mathieu, ainsi elle sera sur que c’est bien Mathieu qui l’a envoyé. C’est ce que l’on appel une signature numérique.

Avec cette technique, plus besoins de sécurisé l’échange de clé, en revanche, il devient difficile de savoir si la clé public de Mathieu est bien la bonne et pas celle d’un escroc.

Une histoire de confiance

Avec la méthode de chiffrage par clés assymétrique, chacun a donc une paire de clés, mais comment être sur que la clé de Mathieu n’est pas celle d’un imposteur, il est en effet très facile de créer une paire de clé et de dire cette clé publique c’est celle de Paul ou de Mathieu. Il existe deux solution pour garantir l’identité du porteur de la clé, le tiers de confiance ou le réseau de confiance.

Le tiers de confiance

Imaginons que l’état ait une paire de clé. Si Mathieu va dans sa mairie avec sa clé publique et ses papiers, il peut demander à l’état de lui signé sa clé. C’est à dire que l’état représenté ici par la secrétaire de mairie va d’abord vérifié son identité puis va ensuite chiffré sa clé publique avec la clé privé de l’état. Une fois cette opération réalisé, Mathieu va pouvoir diffusé sa clé signé par l’état. Quand Clémentine va recevoir un message signé par mathieu, elle pourra vérifié que cette signature a bien été faite avec la clé privé de Mathieu et elle sera sur que c’est bien celle de Mathieu parceque l’état (en qui elle a confiance) lui confirme. Dans la pratique, l’état français n’a pas de clés, par contre, il existe un certains nombre de sociétés qui signent contre rétribution, les clés des clients après avoir vérifié leur identité, on appel celà un certificat délivré par un tiers de confiance.

Le réseau de confiance

Mais comment faire confiance à une seule entité comment être sur que la société Vérisign par exemple n’a pas signé une clé sans vérifier l’identité simplement parcequ’un client à payé plus ?

Si l’on reprend nos héros, Clémentine a plus confiance en Paul qu’en Verisign, parceque Paul elle le connait bien. Or Paul connais bien Mathieu, donc un jour Paul à signé la clé de Mathieu, après avoir vérifié son identité biensur. Maintenant quand Clémentine reçoit un message de Mathieu, elle est sur que c’est bien lui, c’est Paul qui lui dit.

Vous allez me dire qu’il n’y a pas beaucoup de différence avec le tiers de confiance. Jusque là c’est vraie, sauf que Paul ne connait pas tout le monde et que pour d’autres personnes, il peut y avoir plusieurs intermédiaires, par exemple Paul signe la clé de Mathieu, Clémentine signe la clé de Paul et Céline signe la clé de Clémentine donc moi, si je fais confiance à Céline qui fait confiance à Clémentine qui fait confiance à Paul, alors je peux dire que la clé de Mathieu est la bonne. Imaginons maintenant que l’on donne un pourcentage de confiance à chacun, il est alors facile de calculer un degré de confiance entre 2 personnes plus ou moins éloigné dans le réseau.

C’est ça un réseau de confiance, c’est la solution la plus sur, mais aussi la plus économique. En revanche celà demande plus de travaille, il faut prendre l’habitude de de signer les clés des gens que l’on rencontre. C’est cette technique qui est utilisé avec GnuPG. Le gros inconvénient, c’est que pour savoir si une clé est la bonne, il faut que les 2 interlocuteurs facent parti du même réseau de confiance.

CAcert.org

Une solution intermédiaire entre le réseau de confiance et le tiers de confiance. En effet, CAcert.org est un réseau de confiance qui va servir de tiers de confiance. Je m’explique, tout le monde peut demander gratuitement une signature de clé par CAcert.org, Si c’est automatisable (identification d’un email par exemple) celà sera réalisé par un robot, si ça ne l’ai pas, il faut aller voir physiquement l’une des personnes du réseau de confiance CAcert.org. Il est donc possible d’avoir gratuitement un certificat pour signer et chiffrer des messages sans forcément faire parti d’un réseau de confiance. Pour Utiliser CAcert.org je vous invite à lire l’article dédié.

comments powered by Disqus